Contenu

BUDGET 2015 : un budget en trompe l’œil derrière un rideau de fumée !

Le SNPTES dénonce un projet de budget 2015 de l’enseignement supérieur et la recherche en baisse !

Celui-ci, tel que présenté à la presse par la secrétaire d’État à l’enseignement supérieur et la recherche, Geneviève Fioraso et la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, sera bien en baisse en euros constants malgré les artifices comptables dont elles ont abusés pour tenter de nous présenter un budget favorable. En effet, l’augmentation de 0,2% pour la Mission interministérielle recherche et enseignement supérieur (MIRES) n’est pas couvert par une inflation annuelle prévue entre 0,5% et 1%) ! C’est donc une nouvelle fois une baisse réelle pour ce qui devait être une priorité pour le gouvernement. La CPU n’est guère plus convaincue par la présentation de ce projet de budget en annonçant d’ores et déjà qu’il manquera 200 millions d’euros pour boucler l’année budgétaire 2015.

Le SNPTES avait déjà, par le passé, dénoncé ces méthodes douteuses de présentations budgétaires que l’on pensait révolues. Il en est ainsi de l’affichage des créations de postes dans l’enseignement supérieur, toujours présenté positivement. Il s’agit en la matière d’un pieux mensonge que le SNPTES a régulièrement dénoncé. En vérité nombre de ces postes sont aussitôt supprimés par les établissements pour tenter d’endiguer un déficit budgétaire devenu structurel pour un grand nombre d’établissements.

PDF - 283.9 ko
Communiqué : BUDGET 2015 : un budget en trompe l’œil derrière un rideau de fumée !
Version téléchargeable et imprimable

Le SNPTES ne peut se résoudre à ce marasme budgétaire facteur d’affaiblissement de l’enseignement supérieur et la recherche pourtant considéré par les experts comme la voie incontournable pour le redressement économique de la France.

Le SNPTES appelle les parlementaires à ne pas se laisser abuser par ce projet de budget en trompe-l’œil. Il les invite à réagir en apportant leur soutien à ce secteur prioritaire de l’enseignement supérieur et de la recherche en amendant largement ce projet de budget dans un sens plus favorable et plus en adéquation avec les attentes d’une société inquiète pour l’avenir des jeunes générations.