Contenu

Budget 2015 et créations de postes depuis 2012 dans l’Éducation nationale (EN)

Le budget de l’EN redevient le premier poste de dépenses de l’État : 65,02 milliards d’euros dans le budget 2015 soit une hausse de 2,4 % par rapport à 2014. L’EN emploie la moitié des agents de l’État. 95 % de ce poste est consacré à la masse salariale. Les 65 milliards de budget de l’EN en 2015 sont répartis entre :

  • les créations de poste ;
  • l’éducation prioritaire : 352 millions dont 220 millions en création de postes et 100 millions en revalorisation des indemnités des enseignants dans le REP ;
  • la scolarisation des moins de 3 ans et le dispositif « plus de maîtres que de classes » et des économies de fonctionnement (baisse de 5 % des dépenses de fonctionnement).

Ventilation des créations de postes d’enseignants depuis 2012

Primaire 13 692
Lycées et collèges 11 992
Enseignement privé 2 876
Personnel non enseignant 3 067
TOTAL primaire + secondaire 31 700
Enseignement supérieur 3 000
Enseignement agricole 600

Source : MENESR et projet de loi de finances 2015

Mais attention sur les 31 700 postes crées, 24 300 sont encore stagiaires. Selon le ministère, les créations de poste ETP ne s’élèvent alors qu’à 21 500.
Il y a donc une augmentation des effectifs par classe à tous les niveaux du système scolaire. Par exemple, le taux d’encadrement dans le secondaire passe de 12,9 élèves en 1999 à 15 élèves en 2010 en France alors que la moyenne des pays de l’OCDE passe de 15,2 à 13,7 (Source OCDE).
Cette dégradation des conditions de travail et d’apprentissage malgré une dynamique de croissance du budget de l’EN peut s’expliquer par différentes raisons :

  • la pression démographique absorbe les créations de postes (de 2007 à 2016 il y aura 260 000 enfants supplémentaires scolarisés). Au lycée les augmentations d’effectifs d’élèves sont également dues à la baisse du taux de redoublement en 3° et à l’augmentation des orientations en LGT. Pour la rentrée 2015, l’effectif moyen en seconde est de 35 élèves par classe et le nombre d’élèves sans affectation augmente ;
  • la reconstitution des effectifs supprimés sous la précédente législature prend du temps (80 000 postes supprimés).

Dans le primaire, seuls 2 000 postes sur 7 000 ont été créés pour le dispositif « plus de maîtres que de classes » et uniquement 791 postes pour la scolarisation des moins de 3 ans (sur les 3 000 annoncés en 2012).

Concernant les personnels non enseignants, les créations de poste restent limitées aux vues des besoins et des suppressions importantes de postes ces dix dernières années, en particulier pour les personnels administratifs dont les effectifs ont diminué de 43 % de 2006 à 2013.

PNG - 37.5 ko



Elise MARAIS
Secteur éducation nationale - SNPTES