Contenu

Budget de l’enseignement supérieur : le SNPTES dénonce un jeu de dupes catastrophique pour l’avenir de la France

Alors que dans un communiqué, publié le 4 novembre 2014, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Geneviève Fioraso, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, annonçaient : « Le budget de l’Enseignement supérieur et la Recherche est également en hausse » et, le même jour, Geneviève Fioraso déclarait devant l’Assemblée nationale : « Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche pour 2015 est placé sous le signe de la stabilité : conformément aux garanties données par le Président de la République et le Premier ministre, les moyens de l’enseignement supérieur et de la recherche sont préservés… », les députés viennent d’adopter un amendement proposé par le gouvernement, amputant ainsi de 136 millions d’euros le budget de l’Enseignement supérieur et la Recherche.

Le SNPTES dénonce un jeu de dupes catastrophique pour l’avenir de la France !

Le programme 150 du budget est le plus touché avec 70 millions d’euros d’économie supplémentaire qui concerne les formations supérieures et la recherche universitaire fragilisant encore plus sur le plan économique des établissements universitaires en grande difficulté. Les opérateurs de la recherche (EPST) ne sont pas oubliés avec un peu plus de 51 millions d’euros d’économie.

À n’en pas douter, les économies se feront par des suppressions massives de postes par les établissements, des coupes dans les budgets de fonctionnements des équipes de recherche, au détriment de ce qui devait être la priorité de ce quinquennat !

PDF - 309.7 ko
Communiqué SNPTES ; budget de l’ESR
Fichier téléchargeable et imprimable

Le SNPTES s’insurge contre cette décision qui aura inévitablement des répercussions négatives sur les conditions d’étude et de travail, alors que celles-ci se dégradent déjà de manière exponentielle, depuis plusieurs années. Les retards accumulés freineront la compétitivité de la France sur le plan scientifique, ainsi sa reconnaissance par les institutions internationales en souffrira inévitablement.

Le SNPTES exige un changement immédiat de politique pour que l’Enseignement supérieur et la Recherche redeviennent réellement une priorité.