Contenu

Compte rendu SNPTES : rencontre avec Bernard Lejeune Directeur adjoint du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Éducation nationale

Le SNPTES a été longuement reçu par Bernard LEJEUNE, directeur adjoint du cabinet de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Laurent Diez, secrétaire général du SNPTES était accompagné d’Alain Halère, secrétaire général adjoint.

L’objet de la réunion était la préparation de l’agenda social relatif aux personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche. Bernard LEJEUNE explique que les mesures prises dans le cadre du chantier des métiers de l’éducation viennent d’être annoncées par la ministre et qu’il convient désormais d’ouvrir des discussions sur les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Il déclare également que la méthode de travail sera néanmoins différente, car il a été décidé de travailler sur des problématiques transversales aux différentes catégories de personnels.

Des groupes de travail devraient se réunir, dès janvier, pour étudier les thématiques suivantes :

  • la situation des agents non titulaires BIATSS,
  • la mobilité,
  • la responsabilité sociétale de l’employeur,
  • les missions et perspectives de carrières, les régimes indemnitaires.

Les représentants du SNPTES ont tenu à faire part au directeur adjoint du cabinet de la ministre, du profond malaise suscité, par les annonces relatives au chantier des métiers de l’éducation. Les personnels techniques de l’administration centrale, des services académiques, des opérateurs éducatifs et des EPLE s’indignent de voir qu’ils ne sont pas reconnus comme des acteurs de l’éducation nationale.

Bernard LEJEUNE nous a assuré que les problématiques les concernant seraient abordées dans le cadre de l’agenda social de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le SNPTES pense qu’il est effectivement préférable que les questions relatives aux ITRF soient traitées ensemble, car nous sommes très attachés à l’égalité de traitement des personnels, quel que soit le lieu où ils exercent leurs activités. Les représentants du SNPTES déclarent néanmoins qu’il existe un certain nombre de spécificités qu’il faut respecter. Les personnels ITRF des EPLE souhaitent par exemple le maintien d’emplois types spécifiques. Le SNPTES fait sienne cette revendication.

PDF - 312 ko
Compte rendu SNPTES : rencontre avec Bernard Lejeune Directeur adjoint du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Éducation nationale
Version téléchargeable et imprimable

Sans anticiper le débat qui devra avoir lieu au sein de ces groupes de travail, le SNPTES a néanmoins rappelé qu’il souhaite voir aboutir rapidement une réforme de la catégorie A ITRF, ITA et personnels des bibliothèques. Le SNPTES a toujours considéré que l’intégration des assistants ingénieur dans le corps des ingénieurs d’études devait être la première pierre d’une réforme de l’ensemble des corps de catégorie A. Or vu les atermoiements ministériels sur ce dossier, le SNPTES exige désormais que l’amélioration des carrières de l’ensemble des corps de catégorie A soit traitée en même temps.

Les représentants du SNPTES ont également précisé au directeur adjoint du cabinet de la ministre que la revalorisation des primes des personnels de catégorie B et C était une mauvaise réponse à une bonne question. En effet, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche ont adopté des politiques indemnitaires très différentes. Il en découle de graves inégalités de traitement puisque certains ne bénéficient toujours pas de l’alignement sur le taux moyen interministériel, pourtant programmé dans le cadre du chantier des carrières (2009-2011). Face à cette situation, le SNPTES demande au ministère de se donner les moyens d’appliquer ses politiques de revalorisation indemnitaires en fléchant les enveloppes indemnitaires et en donnant des consignes claires aux établissements.

Le SNPTES a rappelé sa volonté de participer à ces séances de négociations le plus rapidement possible. Dès que les thématiques seront définitivement fixées par le ministère, le SNPTES rendra publiques ses propositions.