Contenu

Décès brutal de notre camarade Jean-Michel Motais

C’est en fin de confinement, le 16 mai 2020, que nous avons appris le décès brutal de Jean-Michel Motais à l’âge de 69 ans.

Ses obsèques ont eu lieu le 20 mai dans le respect des contraintes sanitaires en vigueur à cette date-là.

Une cérémonie aura lieu le 23 juillet à 9h au cimetière de Villefranche de Lauragais pour lui rendre hommage et l’accompagner à sa dernière demeure.
Jean-Michel a commencé sa carrière professionnelle en 1968 dans l’armée de l’air à l’École d’Enseignement du Service Général de l’armée de l’air à Auxerre puis en 1969 il a été affecté à Limoges où il est resté 5 ans. Il est sorti de l’armée avec le grade de Sergent et a été réserviste jusqu’en 1987.

En 1974, Il rentre au CNRS en tant qu’auxiliaire jusqu’à sa titularisation en 1984. En 1994, la Direction des Systèmes Informatiques du CNRS est partiellement délocalisée à Toulouse, parmi plusieurs possibilités, Jean-Michel choisit sa mutation à Toulouse.
Les témoignages des personnes qui l’ont croisé (collègues, stagiaires, syndiqués ...) sont tous unanimes : attentionné, discret, positif, dynamique, rassembleur, toujours souriant, humaniste, ouvert d’esprit, bienveillant, joyeux de vivre. Et pourtant les choses n’ont pas été faciles ...

Jean-Michel, dès son arrivée à Toulouse, a tout mis en œuvre pour créer une antenne CNRS du SNPTES. À l’époque, notre syndicat était peu représenté au CNRS et absent en DR14. Contre vents et marées, parfois en résistant à d’autres OS, il a persévéré dans son entreprise, obtenu un local syndical, réussi à être présent dans différentes commissions locales et nationales, toujours volontaire. En 2000, ils étaient 2 CNRS syndiqués SNPTES. Personnellement, j’ai rencontré Jean-Michel en 2007 alors que j’étais en difficulté. Il m’a écoutée, aidée, reboostée sans jamais demander de contrepartie. À cette époque-là, Alain Castillo prenait la relève.

Jean-Michel a pris sa retraite fin 2011, sans faire de bruit, nous étions une dizaine de syndiqués et aujourd’hui, en prolongeant son travail, nous sommes environ 30. La section CNRS du SNPTES de Toulouse Occitanie Ouest lui doit son existence. Le CNRS a été long à reconnaître sa valeur professionnelle et ne l’a promu que quelques mois avant son départ au grade des Ingénieurs d’Études Hors Classe.

L’après CNRS a eu comme cadre Villefranche de Lauragais, il s’y est investi dans l’associatif et plus particulièrement dans le rugby, qui aujourd’hui comme nous mesure le grand vide laissé par Jean-Michel.

La tristesse de l’avoir perdu ne doit pas faire oublier le bonheur et la fierté de l’avoir connu.

Alain Castillo, Frédéric Rodriguez, Hugues Alexandre, Patrick Barth, Philippe Jauffret, Stéphane Calgaro, Yann Morell, la section 31 du SNPTES dans son ensemble se joignent à moi pour présenter nos condoléances à sa famille, sa sœur, son frère, ses neveux, son petit neveu et tous ses proches.


Christine Rey Rouch
Correspondante SNPTES CNRS Occitanie Ouest