Contenu

Des perspectives sur le long terme pour les carrières et les rémunérations

Le 9 décembre, la ministre M. Lebranchu a réuni les organisations syndicales pour présenter les pistes de travail sur les carrières et rémunérations, à partir du rapport Pêcheur rendu public le 9 novembre. Si la concertation va débuter très prochainement, les agents des trois versants de la fonction publique devront encore attendre pour bénéficier de mesures concrètes.
Si l’Unsa admet qu’il faut du temps pour mener à bien certains chantiers, il est urgent cependant de répondre à la demande d’amélioration du pouvoir d’achat. Nous l’avons rappelé.

La concer­ta­tion doit se dérou­ler en deux temps :

  • jusqu’en février : définition d’un accord de méthode devant fixer les thèmes, calendriers et modalités de discussions ;
  • une deuxième phase pour préparer une réforme en trois axes :
    • la remise à plat de l’architecture statutaire,
    • la refonte de la grille indiciaire,
    • la simplification de la gestion RH.

L’Unsa a sou­li­gné son accord avec les cons­tats du rap­port Pêcheur : statut de la fonc­tion publi­que per­ti­nent ; éléments de car­rière adap­tés ; emplois per­ma­nents ayant voca­tion à être occu­pés par des fonc­tion­nai­res ; gel du point d’indice ne pou­vant fonder une poli­ti­que sala­riale
L’atta­che­ment au statut et valeurs de la Fonction publi­que, a été rap­pelé par la minis­tre, ce qui agrée plei­ne­ment l’Unsa

PDF - 368.8 ko
Communiqué de presse UNSA Fonction publique

L’UNSA a rap­pelé également ses reven­di­ca­tions qui seront por­tées dans le cadre des dis­cus­sions :

  • une remise à plat de l’architecture statutaire qui tienne compte de l’évolution des qualifications et des certifications ;
  • une grille indiciaire qui permette un réel déroulement de carrière ;
  • un système indemnitaire qui doit être plus équitable, plus compréhensible, plus transparent. Sa part, dans la rémunération doit diminuer ;
  • une gestion des ressources humaines qui respecte les agents.

L’UNSA a rap­pelé à la minis­tre qu’elle attend avec tous les agents publics qu’une réponse rapide soit appor­tée à leur prin­ci­pale reven­di­ca­tion : l’amé­lio­ra­tion de leur pou­voir d’achat.