Contenu

Geste tragique d’Anas, la FA-ENESR et le SNPTES condamnent la misère dans laquelle vivent des étudiants et étudiantes

La FA-ENESR et le SNPTES tiennent à manifester leur soutien à la famille, aux proches et aux camarades d’Anas, étudiant, qui s’est immolé par le feu vendredi à Lyon.

PDF - 200.4 ko
Geste tragique d’Anas, la FA-ENESR et le SNPTES condamnent la misère dans laquelle vivent des étudiants et étudiantes
Version téléchargeable et imprimable

Anas a motivé son geste par écrit et a rappelé ainsi que la précarité et la misère touchent, dans notre pays pourtant riche, un pourcentage important d’étudiants et d’étudiantes.

Pour la FA-ENESR et le SNPTES, il est temps, plus que temps, de s’interroger sur un système qui, de fait, oblige certains étudiants à cumuler des petits boulots, souvent pénibles, avec des études alors difficiles à mener... il est temps aussi de s’interroger, Anas en était apparemment aussi victime, sur un système qui ferme les yeux, faute de moyens de contrôle -les suppressions de fonctionnaires sont passées par là- sur l’insalubrité et le coût d’une partie importante du logement locatif privé ; il est temps aussi, pour la FA-ENESR et le SNPTES, de remettre à plat le système des bourses d’études qui, en l’état, pénalise les étudiants et étudiantes dont les parents, à revenus faibles ou moyens, sont salariés ou fonctionnaires alors que, grâce à l’optimisation fiscale, ce système favorise celles et ceux dont les parents exercent des professions libérales, au sens large, en faisant échapper à l’impôt une partie substantielle de leurs revenus ce qui permet, au final, de percevoir ainsi des bourses...

Enfin, il est temps, pour la FA-ENESR et le SNPTES, notamment par la généralisation de services de santé universitaire, d’apporter un soutien réel, c’est à dire structuré et disposant de moyens attribués par l’État, afin d’aider les étudiants et étudiantes en souffrance.