Contenu

L’orientation des lycéens

L’orientation est un cheminement long et complexe pour beaucoup d’élèves et leurs familles, dont l’enjeu est crucial pour l’avenir professionnel des élèves.

Les conseillers d’orientation-psychologue [1] [placés sous l’autorité des directeurs de Centre d’information et d’orientation (CIO)] ont pour principales missions d’assurer l’information des élèves et de leurs familles et de participer à l’élaboration et à la réalisation des projets scolaires des élèves et des étudiants. Ils sont les seuls à bénéficier d’un statut fourni par l’État et travaillent dans les CIO ou en établissements.

Mais leur nombre reste insuffisant par rapport à la demande. La charge de travail de ces personnels est très lourde dans un contexte d’absence de recrutement depuis 20 ans, du non renouvellement de 5 départs à la retraite sur 6, de la fermeture de 150 CIO (carte cible) entrainant la disparition d’un réseau de proximité.

Les syndicats et les personnels demandent depuis plusieurs années une véritable prise en compte de la spécificité des métiers liés à l’orientation. La création d’un corps unique des psychologues de l’Éducation nationale dont la mission principale sera l’accompagnement à la scolarité des élèves annoncée en juillet 2015 va dans le bon sens. Mais la publication du décret est pour l’instant suspendue.

Dans un tel contexte, et face à la complexité croissante des procédures d’orientation, des services privés se développent en grande nombre dans le domaine de l’orientation scolaire : graphologie, tests de personnalité, « coachs » en orientation… aux méthodes et aux tarifs très variés (allant de quelques dizaines d’euros à plus de 1 000 €).

Ce repli du service public d’orientation au profit du secteur privé laisse malheureusement libre cours aux inégalités économiques et sociales entre élèves et familles.


Les lycéens de Terminale et les titulaires du baccalauréat qui souhaitent intégrer une première année d’études supérieures doivent se préinscrire dans l’enseignement supérieur via la plateforme Admission Post-Bac (APB) du 20 janvier à 20 mars.

Les étapes :
PDF - 7 Mo
Guide "après le bac"
  • Ouvrir un dossier (20 janvier au 20 mars) – modification des vœux (31 mai).
  • Ouverture du dossier : conserver ses identifiants.
  • Constitution du dossier : bulletins, carte d’identité, lettre de motivation.
  • Organisation des vœux : 36 vœux (le numéro 1 est prioritaire).
  • Constitution et envoie des dossiers (vérification de la bonne réception des dossiers entre le 3 et le 6 mai).
  • Entre le 8 juin et le 9 juillet les formations envoient leur proposition à laquelle l’élève doit répondre (démission, non mais, oui mais, oui définitif) => procéder à son inscription administrative définitive.
  • Procédure complémentaire entre le 24 juin et le 9 septembre.
  • Clôture finale 15 septembre.
Attention :
  • Toutes les formations ne sont pas sur la plateforme (IEP, éducateurs spécialisés, certaines écoles de commerce, les Beaux Arts) ;
  • Les filières sont différenciées par pastille : les filières sélectives n’ont pas de pastille, les filières ouvertes et à accès garanti ont une pastille verte (une liste de ces filières sera disponible sur le portail avec le taux de réussite en fin de première année), les filières ouvertes mais non prioritaire (en dehors de l’académie d’origine) ont une pastille bleue, et les filières sous tension ont une pastille jaune ;
  • Pour les filières sous tension, faire un vœu global pour les différentes formations de l’académie de la filière demandée puis faire des sous-vœux (droit, première année commune des études de santé, STAPS et psycho) ;
  • Avoir toujours au moins un vœu avec une pastille verte dans votre liste.
Nouveautés année 2015-2016 :
  • La nouvelle procédure de vœux pour les filières sous tensions risque de provoquer des affectations en dehors de l’académie d’origine, en particulier dans le cas de COMUE interacadémique ex : université confédérale Léonard de Vinci. Les tensions persisteront puisque les capacités d’accueil n’ont pas augmenté.
  • Les Professeurs Principaux et les Conseillers Principaux d’Éducation, en plus des proviseurs, auront accès aux vœux des élèves afin de mettre en place une orientation plus active et plus individualisée.
Élise Marais
Chargée de mission éducation nationale