Contenu

Le SNPTES dénonce l’énorme différence des primes des ITRF en EPLE

Le SNPTES dénonce l’énorme différence des primes des personnels de laboratoire en Établissement Public Local d’Enseignement (EPLE) : Cliquez ici pour visualiser les tableaux

PDF - 800.4 ko
communique_primes_eple_mars-2017_avec_tableaux-2

Une enquête du SNPTES menée dans toutes les académies sur les régimes indemnitaires des personnels de laboratoire en EPLE montre des écarts inacceptables entre les personnels. À partir des résultats de notre enquête, un classement a pu être établi [1], mettant en évidence que pour un même grade et un même travail, les collègues ne sont pas tous logés à la même enseigne.

On observe d’importantes différences entre les personnels d’une même catégorie :

Un collègue ATRF P2 dans l’académie de Rennes perçoit un montant annuel de 3 621,96 € alors que son collègue de l’académie de Guyane touche 2 335,45 €, soit une différence de 1286,51 € par an !
Concernant la catégorie B, un technicien dans l’académie de Caen touche 5238,24 € alors qu’un collègue de Créteil perçoit 4222,00 €, soit un écart de 1016,24 € par an.
Nous pouvons observer concernant la catégorie C que dans certaines académies, où les collègues ne touchent pas de reliquat en fin d’année, les collègues touchent une prime mensuelle qui place l’académie en bonne position, cette option est à privilégier car les reliquats restent trop aléatoires.

Toutes ces données ont été obtenues par sondage auprès des collègues ou à partir de documents officiels. Néanmoins, une petite marge d’erreur est toujours possible.
Le SNPTES dénonce ces inégalités : il est absolument intolérable que certaines académies ne puissent pas s’aligner sur les taux les plus hauts des autres académies. Les enveloppes attribuées aux différentes académies par le ministère sont pourtant bien en concordance avec le nombre d’agents à rémunérer !

Philippe VIRION,
secrétaire technique national SNPTES, secteur EPLE

[1] Le montant moyen a été pris en compte, c’est à dire la prime mensuelle auquel a été ajouté le reliquat de fin d’année quand il existe et le tout divisé par 12 mois.