Contenu

Le SNPTES rappelle qu’il dispose de quatre représentants (2 titulaires et 2 suppléants) au CTMESR

Lors du Comité technique ministériel de l’enseignement supérieur et de la recherche du 26 juin 2014, les représentants du SNPTES ont pu donner leurs avis et proposer des amendements relatifs à plusieurs projets de textes et, notamment, à un projet de décret extrêmement important dont l’objet principal est de remplacer la très critiquée Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AÉRES) par une nouvelle autorité administrative indépendante : le Haut Conseil de l’évaluation de la
recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES).

PDF - 297.6 ko
Déclaration du SNPTES au CTMESR du 26 juin 2014
Version imprimable et téléchargeable

Comme l’a indiqué le SNPTES lors de l’ouverture de ce CTMESR, même si ce type de haut conseil peut, à court ou à moyen terme, conduire à un effacement ou à une disparition de certaines missions de recherche ou d’enseignement dans un bon nombre d’établissements (sous prétexte de rationalité, d’économie et de suppression, fusion, COMUE qui en découle...), ce Haut conseil risque surtout, très vite, de constater, en toute indépendance ou pas, l’état de délabrement de certains de nos
secteurs... État de délabrement provenant des coupes, directes ou indirectes, dans les moyens humains et financiers des établissements, composantes, équipes et laboratoires.

Le SNPTES accepte cependant de discuter de ce projet et a tenté, notamment, de faire entrer dans le conseil de ce haut comité des ITRF-ITA.
Les élus du SNPTES demandent aussi à ce que les experts nommés par le haut comité puissent être issus des personnels BIATSS-ITA.
Le SNPTES, malgré quelques avancées et amendements retenus par le ministère, s’est abstenu lors du vote sur l’ensemble de ce texte.

Lors de ce CTMESR le SNPTES a dû répondre de manière très raide à un point précis de la déclaration d’un collègue du SNASUB FSU... Celui-ci ayant fait lecture d’un communiqué commun AI-UNSA SNASUB-FSU (à voir ici) relatif à un projet de modification du Référentiel des emplois-types de la recherche et
de l’enseignement supérieur (REFERENS).
Le SNPTES précise tout d’abord que, statutairement, le Referens ne s’applique qu’aux ITRF-ITA et aucunement à nos collègues de l’AENES (à quoi bon inquiéter ces derniers et stigmatiser les ITRF-ITA !).
Par ailleurs, si le SNPTES reste attaché à l’indépendance et à la liberté de parole des organisations syndicales, il ne peut tolérer certains passages de ce communiqué commun qui mettent en cause, directement, le niveau de compétence et de qualification de nos collègues ITRF-ITA issus de BAP J !
Il faut croire d’ailleurs, si l’on s’attache à une études objectives des créations de postes de la BAP J, que le niveau de compétence et la très haute spécialisation des ITRF-ITA sont reconnus, très largement, par les établissements et services recruteurs.

Le SNPTES souligne d’ailleurs les qualités de nos collègues AENES et regrette, simplement, que certains continuent d’opposer des catégories à d’autres à un moment où, bien au contraire, nous devrions faire front commun !