Contenu

Le SNPTES rencontre le ministre de l’Action et des comptes publics

Une délégation composée de représentants de la Fédération autonome de la fonction publique (FA-FP) et du SNPTES a rencontré Gérald Darmanin, Ministre de l’action et des comptes publics, le mardi 30 mai.

Le SNPTES a tout d’abord regretté que le Président de la République ait décidé, triste symbole, de priver un peu plus de 5 millions d’agents publics de la possibilité d’être représentés par un ministère de plein exercice en charge de la fonction publique... Le SNPTES a fait part de son souhait que le prochain remaniement ministériel, s’il y en a un avant l’été, soit l’occasion de réparer cette erreur. Gérald Darmanin a tenté de rassurer le SNPTES en lui précisant qu’il n’était pas exclu qu’il y ait prochainement un secrétariat d’État en charge de la Fonction publique...

Le SNPTES a profité de cette rencontre pour contester la volonté gouvernementale de réinstaurer le jour de carence dans la fonction publique alors même que l’État et ses différents employeurs sont incapables, par exemple, de mettre à la disposition de leurs agents une véritable médecine du travail et un suivi des agents... ou encore d’offrir (au sens propre !) aux agents publics une mutuelle complémentaire permettant à tous d’accéder aux soins...

PDF - 713.7 ko
Le SNPTES rencontre le ministre de l’Action et des comptes publics
Version téléchargeable et imprimable

Le SNPTES a aussi profité de cette première rencontre pour demander quelques précisions au Ministre sur l’engagement du candidat président qui souhaitait supprimer 120 000 fonctionnaires en sachant que certains secteurs, fort heureusement, ne seraient pas touchés par cette mesure (justice, sécurité publique, etc.), Monsieur Gérald Darmanin a tenté de rassurer le SNPTES en l’assurant qu’il n’y aurait « pas d’exercice comptable des suppressions de postes »... ou encore que « 120 000 postes n’est pas le but mais un moyen » (sic)...

À la demande du SNPTES, le Ministre a précisé que l’ensemble du dispositif PPCR s’appliquerait et, notamment, les dispositions réglementaires devant permettre son application qui ont été publiées tardivement (parfois entre les deux tours de l’élection présidentielle). Monsieur Gérald Darmanin a, à cette occasion, indiqué qu’il ne sera pas le « ministre d’une future loi » ce qui signifie, malheureusement, qu’il n’y aura pas de PPCR « 2 » ou de valorisation significative de l’ensemble des grilles et des carrières !

Enfin, le Ministre a précisé à la délégation FA-FP SNPTES qu’il y aurait sans doute cette année un « rendez-vous salarial » entre lui et les organisations syndicales mais sans nous donner d’autres précisions.


Alain Favennec,
secrétaire général adjoint