Contenu

Le SNPTES soutien l’équipe de la bibliothèque de l’observatoire de Paris

Le SNPTES soutien la motion prise par l’équipe de la bibliothèque de l’Observatoire de Paris à la suite de l’Assemblée générale qu’elle a tenue le 23 mai dernier.
Cette motion affirme la position unanime de l’équipe contre le nouveau positionnement envisagé pour la Bibliothèque de se rattacher à la Direction générale des services.

Motion contre le repositionnement de la Bibliothèque au sein de l’Observatoire de Paris

L’équipe de la bibliothèque s’est réunie en assemblée générale le 22 mai 2014 à Meudon, a entendu les arguments de la présidence et de la direction de la bibliothèque, et en a débattu.
À la suite de l’AG, l’ensemble des personnels de la bibliothèque a délibéré en l’absence de sa direction et voté ce même jour à l’unanimité la motion suivante, modifiée le 26 mai 2014 :

L’équipe de la bibliothèque réaffirme que la bibliothèque ne peut pas être considérée seulement au travers de ses activités techniques et internes à l’Observatoire alors même qu’elle est une bibliothèque de recherche, un musée et un service d’archives, dont les activités et les collections ont une portée scientifique nationale et internationale reconnue (PSL, Cadist futur Collex, partenariat BNF, Académie internationale d’histoire des sciences…). La bibliothèque, par conséquent, est un service commun spécifique.

L’équipe de la bibliothèque insiste sur le fait qu’en raison de son expertise scientifique et bibliothéconomique, elle est la plus à même d’élaborer la politique documentaire et patrimoniale de l’établissement, le conseil scientifique ayant toute légitimité pour la valider après consultation du conseil de la documentation.
L’équipe de la bibliothèque rappelle que ses interfaces avec les autres services ne représentent que 5% de son activité. Les 95% restants concernent directement les départements scientifiques ou des partenaires extérieurs.

L’équipe de la bibliothèque s’oppose donc au rattachement fonctionnel à la Direction Générale des Services. Elle constate, d’une part, que les quelques exemples de dysfonctionnements mis en avant par le président dans son argumentaire, relèvent de problématiques qui ne seront pas réglées par un rattachement fonctionnel à la DGS. Un tel rattachement alourdira au contraire les processus de traitement.
D’autre part, le champ d’action de la DGS, tel que défini dans le décret n° 2010-175 du 23 février 2010, ne s’applique pas aux activités de nature scientifique de la bibliothèque.

Enfin, les problèmes d’interfaces cités par le Président concernent pour l’essentiel des problèmes liés aux locaux abritant les collections patrimoniales : ce ne sont pas seulement des questions logistiques qui sont en jeu mais des problèmes politiques (sécurité des collections de l’établissement) et scientifiques (expertise quant à leurs conditions de conservation). Il sera très difficile pour la bibliothèque d’identifier au cas par cas l’autorité compétente (hiérarchique ou fonctionnelle).

Au lieu d’un rattachement fonctionnel à la DGS, l’équipe de la bibliothèque propose qu’elle soit invitée, lorsque nécessaire, aux réunions des services communs organisées par la DGS. L’équipe de la bibliothèque veut continuer à s’impliquer dans la résolution des difficultés sur un mode collaboratif et direct en partenariat avec les services communs et la DGS.