Contenu

Livre blanc de l’enseignement supérieur et de la recherche : le SNPTES entre satisfecit et inquiétude

PDF - 663.2 ko
Livre blanc de l’enseignement supérieur et de la recherche : le SNPTES entre satisfécit et inquiétude
Version téléchargeable et imprimable

Le SNPTES salue le travail effectué dans ce livre blanc, qu’il appelait de ses vœux dès les premières discussions sur la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche de juillet 2013. Les objectifs, notamment les augmentations d’effectifs étudiants pour l’accès aux diplômes d’enseignement supérieur, les moyens humains et financiers affectés, 1 350 emplois en plus annuels, 1 milliard d’euros annuels en plus, sont, pour le SNPTES, des mesures que nous réclamons depuis 5 ans.

Malgré tout, il reste quelques points noirs :

  • la non remise en cause du fonctionnement actuel de l’Agence nationale de la recherche (ANR) qui ne retient que 10 % des dossiers présentés au mépris du travail effectué par les équipes demandeuses, bien que la volonté affichée de remettre la science fondamentale au centre des financements récurrents aille dans le bon sens ;
  • la dépense du secteur privé en recherche et développement est ignorée et aucun plan n’est prévu pour qu’elle augmente alors même que c’est un vrai point faible pour la France ;
  • le Crédit impôt-recherche (CIR) est cruellement absent de ce rapport : ni de remise en cause, ni d’analyse des rapports déjà parus, alors que les dépenses annuelles du CIR représentent plus que les dépenses prévues sur 5 ans par ce plan ;
  • La dépense moyenne par étudiant masque de fortes disparités connues entre établissement du supérieur que ce livre blanc ne cherche pas à résoudre.

Au final, le SNPTES se demande ce qu’il adviendra de ce livre blanc dans le contexte pré-électoral. Il serait grand temps que l’enseignement supérieur et la recherche devienne un sujet fort des élections à venir.


Laurent Diez,
secrétaire général