Contenu

Mise en place d’un plan ministériel de simplification de l’enseignement supérieur et de la recherche : le SNPTES conteste la méthode du secrétaire d’État et certaines « premières restitutions » !

PDF - 392.1 ko
Plan ministériel de simplification de l’ESR : le SNPTES conteste...
Version téléchargeable et imprimable

Le SNPTES, comme la plupart des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, a appris, par voie de presse, que Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’enseignement supérieur et à la recherche, avait lancé quatre ateliers dont l’objectif est de conduire, à court terme, un « plan de simplification » de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Sans remettre en cause l’utilité de cet objectif –il faut toujours chercher à simplifier-, le SNPTES conteste fermement la méthode choisie qui consiste à nier aux organisations représentatives des personnels le droit d’être associées à cette démarche. Le SNPTES regrette aussi que le secrétaire d’État ait choisi, par la même occasion, d’écarter de cette démarche les organisations représentatives des élèves et étudiants... !

Le SNPTES rappelle, au secrétaire d’État, que le comité technique ministériel est compétent, en vertu de la réglementation et de la jurisprudence administrative, pour donner son avis sur l’organisation et le fonctionnement des administrations. Il ne saurait donc être remplacé ou suppléé par un ersatz de représentativité !

Le SNPTES ne s’étonne donc pas du contenu des premières restitutions...
À titre d’exemple, les restitutions du groupe de travail sur les ressources humaines contiennent des proposions relatives à l’absentéisme ou aux sanctions disciplinaires qui laissent à penser que les personnels que nous représentons n’engendrent que des soucis de cet ordre... Alors même que le taux d’absentéisme et le nombre de sanctions disciplinaires sont parmi les plus bas de l’ensemble de la fonction publique !

Pour le SNPTES, l’existence même de ce groupe de travail « ressources humaines » est une provocation puisqu’il vient, sans aucune légitimité, concurrencer l’agenda social de l’enseignement supérieur et de la recherche !