Contenu

Mobilisons-nous dès maintenant pour défendre l’emploi scientifique et technique

Organisons dès maintenant la mobilisation pour septembre
Mobilisons nous pour défendre l’emploi scientifique et technique

L’adoption de la loi de finances rectificative annonce de nouvelles mesures d’austérité pour les universités et les organismes de recherche qui sont déjà dans une situation fortement dégradée. Frappés par une précarité explosive, nos établissements vont à nouveau souffrir du gel des crédits et des baisses de recrutements. Sans compter les doctorants ni les vacataires d’enseignement (près de 100 000), il y a plus de 70 000 précaires BIATS, ITA, chercheurs et chargés de cours qui assurent le fonctionnement quotidien de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cette situation inadmissible ne peut plus continuer !

  • Dans un tel contexte, comment garantir la qualité du service public tant pour la recherche que pour la formation des étudiants ?
  • Comment combattre le mal être au travail dans les laboratoires et les services ?
  • Comment attirer les jeunes vers les carrières scientifiques ?

En même temps, le gouvernement continue à marche forcée la restructuration des universités (fusions, associations, COMUE). Dans les COMUE, établissements mastodontes - pouvant associer public et privé -, le pouvoir sera concentré en peu de mains et tout sera mis en place pour accélérer les mutualisations. La tentation sera grande pour les régions de faire pression sur les établissements afin de réduire le nombre de filières et garder uniquement celles qui intéressent les bassins d’emplois locaux. De même pour la recherche, qui sera fortement « incitée » à favoriser le court terme pour répondre aux attentes du tissu industriel régional en matière de transfert de technologies.

Dès la rentrée de septembre, nous devrons réagir collectivement pour défendre notre travail et l’emploi, pour garantir de meilleures conditions d’études et de réussite pour les étudiants. Dès à présent, les organisations signataires vous demandent de signer et de faire signer la pétition initiée après la réunion plénière du comité national de la recherche scientifique : « l’emploi scientifique est l’investissement d’avenir par excellence ( http://www.urgence-emploi-scientifique.org) ». L’emploi scientifique est un enjeu majeur à la fois pour le secteur public et pour les entreprises. C’est lui qui garantit la production des connaissances, la formation des étudiants et la relance de l’économie.

Les organisations soussignées [1] appellent les personnels et les étudiants à faire monter la protestation en direction des pouvoirs politiques et à préparer des initiatives ciblées pendant la fête de la science du 27 septembre au 19 octobre 2014. Si les résultats de nos recherches doivent être présentés au grand public, il faut aussi l’informer des graves difficultés budgétaires qui frappent nos laboratoires et nos services d’enseignement et de la catastrophe annoncée concernant l’emploi de toutes les catégories de personnels.

L’initiative « Sciences en marche » fait partie des mobilisations qui expriment les revendications de la communauté universitaire et scientifique, et permet de populariser les luttes. Organiser une marche (ou une randonnée cycliste) de nos villes universitaires vers Paris doit nous rendre visibles dans les médias et dans l’opinion publique. L’enjeu est ambitieux, il demandera une mobilisation active dès la rentrée de tous, techniciens, administratifs, ingénieurs, chercheurs, enseignants chercheurs, titulaires et précaires. Les organisations syndicales s’inscrivent dans cette mobilisation pour sa réussite.

[1FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNETAP), SNTRS-CGT, SNPTES, SUD RECHERCHE EPST