Contenu

Nouveau ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et la Recherche : les réactions du SNPTES

Benoit Hamon vient d’être nommé ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et la Recherche.

Le SNPTES se félicite d’avoir été entendu sur la nécessité de garder le lien entre l’Enseignement supérieur et la Recherche. Il regrette profondément que ceux-ci soient relégués en simple secrétariat d’État, alors que les enjeux d’avenir de notre pays nécessitaient des engagements forts !

Le SNPTES-UNSA tient à rappeler au nouveau ministre les enjeux concernant l’enseignement supérieur et la recherche :

  • revoir le fonctionnement du crédit impôt recherche afin de dégager des fonds pour soutenir les établissements universitaires et de recherche exsangues financièrement ;
  • consolider la masse salariale des établissements et la sanctuariser afin d’en finir avec les gels de postes et permettre l’accès des contractuels à l’emploi titulaire ;
  • mettre fin à la régionalisation de l’Enseignement supérieur et la Recherche ;
  • ouvrir des négociations sur l’amélioration des carrières des personnels BIATSS et ITA, en application du protocole social signé notamment par le SNPTES ;
  • prévoir un plan pluriannuel de création d’emplois scientifiques.

Pour le secteur de l’Éducation nationale, le SNPTES-UNSA tient à rappeler au nouveau ministre, ses exigences :

  • l’éducation nationale, qui reste une compétence de l’État, ne doit pas « brader » ses ingénieurs et personnels techniques en envisageant des transferts de postes vers les collectivités territoriales ;
  • la réflexion sur les métiers doit être menée à son terme ;
  • la reconnaissance de la place des ingénieurs et personnels techniques au sein de la communauté éducative ;
  • les opérateurs de l’État (CANOPÉ, CNED, CEREQ, etc.) sont soumis à des évolutions technologiques, mais cette modernisation ne doit pas être réalisée au détriment des personnels.
PDF - 287.4 ko
Communiqué SNPTES - Nouveau ministère ESR
Version téléchargeable
et imprimable

Le SNPTES exige que des réponses soient rapidement apportées sur l’ensemble de ces thématiques. Il restera vigilant quant aux options prises par le nouveau ministre et reste disponible, pour un dialogue social qu’il souhaite constructif, au sein de ce ministère.