Contenu

Plan de simplification ESR

PDF - 3.5 Mo
50 premières mesures de simplification pour l’ESR

Le Secrétaire d’État en charge de l’enseignement supérieur et la recherche, Thierry Mandon, a présenté 50 mesures de simplification.

Le SNPTES, même s’il reconnaît l’utilité de certaines propositions, s’interroge sur la volonté de les mettre en œuvre rapidement. Ces mesures de simplification reposent, pour une grande partie, sur une adaptation des établissements, services et unités aux nouvelles technologies (visioconférence, dématérialisation...).

Pour le SNPTES, si ces mesures ne s’accompagnent pas de moyens humains et financiers conséquents, elles ne pourront qu’échouer. Le SNPTES exige que les dispositions ayant des implications pour les personnels, notamment les extensions d’horaires des services dédiés aux étudiants, fassent l’objet de négociations tant au niveau national que local. Le SNPTES s’étonne également de l’absence d’une remise en cause de certaines applications informatiques qui engendrent souvent, faute de simplicité, un mal-être chez leurs utilisateurs.

Le SNPTES s’interroge également sur la présence dans ces 50 propositions, de certaines mesures qui n’ont rien à voir avec de la simplification, comme de permettre l’accès aux responsabilités et compétences élargies (RCE), pour les COMUE.

PDF - 279 ko
Plan de simplification ESR
Version téléchargeable et imprimable
PDF - 1.3 Mo
Rapport de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche

Enfin, le SNPTES s’inquiète de la volonté d’avoir un second volet de simplification pour le dernier trimestre 2016 avec peut-être à la clé, des mesures de déconcentration de gestion des personnels BIATSS, telle que proposée par le rapport de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche. Ce ne serait alors plus de la simplification mais une gabegie financière assortie de complications administratives !
Comment peut-on imaginer que multiplier soit synonyme de simplifier ?
Le SNPTES s’oppose notamment à la déconcentration des commissions administratives paritaires (CAP) des ITRF et des personnels des bibliothèques qui doivent rester nationales.
À ce titre, il réclame un bilan exhaustif de la déconcentration de la gestion des adjoints techniques, au niveau académique.


Laurent DIEZ, secrétaire général et Alain Halère, secrétaire général adjoint du SNPTES