Contenu

Plus un sou pour l’Opérateur national de paye !

Lors d’une intervention du premier ministre le 10 mars 2014, nous apprenons l’arrêt, pur et simple, de l’Opérateur national de paye (ONP). Le gouvernement a décidé de couper les robinets d’argent public aux sociétés privés qui développent ce système d’information interministériel.

Cette gabegie financière (près de 300 millions d’euros) avait été dénoncée par les syndicats, dont le SNPTES, dans le cadre d’un mouvement des informaticiens de l’Éducation nationale contre le Schéma directeur des infrastructures.

Nous nous interrogeons sur l’avenir d’autres systèmes d’informations "mammouths" de l’époque développés par des sociétés informatiques privées tels CHORUS voire SiRHen pour notre ministère.

Le bon sens du SNPTES et des informaticiens de l’Éducation nationale, si décrié à l’époque par l’administration, s’avère être la réalité du terrain aujourd’hui !

Dans une période économique morose, combien de centaines de millions d’euros sont parties en fumée ! Cet argent public a, en effet, été attribué à des sociétés privées au détriment de l’Éducation nationale. Le pilotage ministériel de l’ancienne équipe du Service des technologies et des systèmes d’information (STSI) doit être mis en cause par ces successeurs pour ne plus reproduire les mêmes erreurs.

Le SNPTES se chargera de faire entendre ce message auprès des instances ministérielles !

PDF - 308.2 ko
Communiqué ONP-SiRHen

Il est cependant nécessaire que le développement de SiRHen continue en s’appuyant sur les ressources internes. Nul doute que les compétences des équipes informatiques répondront à ce challenge. Il est indispensable que les dotations engagées prochainement permettent la formation des personnels et de meilleures rétributions récompensant leur savoir-faire pour le bien du service public !