Contenu

Prévisions budgétaires pour l’Enseignement supérieur et la Recherche : ENCORE PLUS D’AUSTÉRITÉ !

Geneviève Fioraso, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, vient de confirmer lors de son audition par la commission des finances du Sénat que, pour la période 2015-2017, la hausse tendancielle des dépenses (augmentation du nombre d’étudiants, GVT, augmentation du CAS pensions, etc.) ne sera pas compensée.

C’est ainsi 1,6 milliard d’euros d’économies qui devront être réalisées sur 3 ans !

Le gouvernement incite ainsi, une nouvelle fois, les établissements à amplifier leurs politiques de réduction de la masse salariale qui se traduisent généralement par :

  • le non-remplacement des fonctionnaires partant à la retraite ou bénéficiant d’une mobilité ;
  • la non-reconduction de contrats de personnels sur emploi précaire ;
  • la limitation de l’application du « plan "Sauvadet » ;
  • des baisses des rémunérations, etc.
PDF - 391.4 ko
Communiqué SNPTES - Encore plus d’austérité
Version téléchargeable et imprimable

Le SNPTES n’accepte pas que la masse salariale, soit la variable d’ajustement de la politique gouvernementale. Les personnels de l’Enseignement supérieur et la Recherche subissent depuis trop longtemps, la dégradation de leurs conditions de travail et la baisse de leur pouvoir d’achat.

Le SNPTES exige l’arrêt de ce plan austérité et demande qu’un débat national soit organisé autour d’une véritable loi de programmation ambitieuse pour l’enseignement supérieur et la recherche.