Contenu

Recrutements et carrières des chercheurs : le SNPTES rejette des propositions non pertinentes, voire dangereuses

Le groupe de travail n°4 « Missions et perspectives de carrières », de l’agenda social, piloté par la direction des ressources humaines (DGRH) du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche s’est réuni, pour la troisième fois, le 13 avril 2016.

Des propositions relatives aux chercheurs ont été présentées aux organisations syndicales. Selon le ministère : « il est proposé de réaliser des ajustements statutaires sur les dispositions du décret n° 83-1260 du 30 décembre 1983 fixant les dispositions statutaires communes aux corps de fonctionnaires des établissements publics scientifiques et technologiques ».

Le SNPTES, en préambule à son intervention, a rappelé avec force ses attentes en matière d’évolutions de carrières de l’ensemble des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le SNPTES ne peut se satisfaire de mesurettes qu’il juge non pertinentes, voire dangereuses, pour certaines d’entre elles. Le SNPTES demande l’ouverture immédiate de négociations sur la rémunération, notamment des jeunes chercheurs. Pour le SNPTES, les grilles indiciaires et la structuration des corps, notamment des chargés de recherche, doivent impérativement être améliorées.

Le SNPTES a ensuite critiqué, point par point, les mesures proposées :

1 - Les ajustements statutaires relatifs à l’accès et à la gestion des corps de chercheurs

  • Suppression de la limite d’âge de 31 ans pour les candidats au concours de chargé de recherche de 2e classe
    Le SNPTES fait le constat que cette limite d’âge n’est pas appliquée notamment au CNRS. Les postulants, ayant enchainé de nombreux contrats à durée déterminée « post-doctorant », se présentent à ces concours, en moyenne, bien au-delà de cet âge limite. Néanmoins, le SNPTES rappelle qu’il revendique le recrutement des chargés de recherche au plus près de la thèse.
  • Renforcement des partenariats entre les établissements de recherche
    Le ministère propose de faire appel, pour les concours de chercheurs, à des personnalités extérieures dans la limite de 50 % des membres des jurys. Cette proposition interpelle à plus d’un titre. Qui jugera de l’opportunité de faire appel à ces membres extérieurs, sur quels critères ? Le ministère est peu disert sur le sujet. Il renvoie au président ou directeur général des établissements à qui incombera le choix de ces personnalités extérieures.
  • Simplification de l’organisation de l’admissibilité des concours de chargé de recherche
    Le ministère s’appuie sur des pratiques en vigueur dans différents organismes de recherche. Le SNPTES n’y est pas opposé si cette démarche rencontre l’assentiment des partenaires sociaux au sein des établissements concernés. C’est la raison pour laquelle le SNPTES demande que ces propositions soient présentées dans les instances des différents organismes de recherche, afin de recueillir leurs avis. Par ailleurs, le SNPTES s’étonne de l’absence de représentants des directions ces établissements, alors que la conférence des présidents d’université est représentée.
    Enfin, le SNPTES s’inquiète de ce « nivellement purement administratif  » qui fait fi des spécificités de chacun des organismes de recherche.
  • Audition des candidats aux concours de chercheurs par visioconférence
    Le SNPTES n’est pas opposé à cette proposition, mais s’interroge sur les aspects techniques et sur la garantie d’égalité de traitement entre les différents candidats. Il faudrait définir la notion d’incapacité qui ouvrirait la possibilité d’utiliser la visioconférence. Le SNPTES reste réservé sur ce dispositif qui doit demeurer exceptionnel.
  • Compétences du président ou directeur général
    Le SNPTES est favorable à une clarification des compétences du président ou du directeur général de chaque établissement en matière de recrutement des chercheurs dès lors que les prérogatives des instances des EPST sont respectées notamment en matière de recrutement et d’évaluation des chercheurs.
  • Suppression de l’avis de l’instance pour l’affectation des chargés de recherche stagiaires et des directeurs de recherche
    Le SNPTES constate que c’est déjà une pratique courante dans un certain nombre d’organismes qui vise à simplifier le processus de recrutement des chercheurs.
  • Périodicité et périmètre de l’évaluation
    Pour le SNPTES la périodicité de l’évaluation ne doit pas excéder 2,5 ans qui correspond à la moitié du mandat des instances d’évaluation.
    Le SNPTES défend une évaluation reprenant l’ensemble des activités des chercheurs. De nombreux chercheurs s’investissent bien au-delà des seules activités de recherche notamment à l’université. La définition de leurs missions nécessite donc une réécriture de l’article 10 du décret cadre.
  • Modification de conditions de l’octroi de l’éméritat
    Pour le SNPTES l’éméritat doit être limité dans le temps. Il ne peut se concevoir que dans le cadre d’un accompagnement d’une thèse en voie d’achèvement. L’éméritat doit être délivré lors de l’admission à la retraite, mais ne saurait être octroyé dans un délai plus large, après la radiation des cadres.
  • Intégration directe dans un corps de chercheurs
    Le SNPTES n’est pas opposé à cette possibilité d’intégration directe qui est déjà appliquée pour de nombreux corps de fonctionnaires. Néanmoins, il ne voit pas en quoi cela renforcera l’attractivité des corps de chercheurs, comme le prétend le ministère.

2 - Les mesures relatives au déroulement de carrière des chercheurs

PDF - 371.9 ko
Recrutements et carrières des chercheurs : le SNPTES rejette des propositions non pertinentes, voire dangereuses
Version téléchargeable et imprimable
  • Modalités de classement
    Le SNPTES est favorable à cette disposition consistant à mieux prendre en compte la période du doctorat et des étapes postdoctorales dans le classement des personnels fonctionnaires avant leur recrutement en tant que chercheur.

En conclusion

le SNPTES déplore, une fois encore, le refus de la direction générale des ressources humaines du ministère d’aborder les vraies questions sur les grilles et carrières. Le SNPTES ne peut se satisfaire des réponses dilatoires sur un sujet aussi sensible. Le SNPTES rappelle avec force que le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche doit être force de propositions, auprès du ministère de la fonction publique, dans la défense des intérêts des personnels qu’il a sous sa responsabilité.


Jacques Drouet
Chargé de mission du SNPTES
Voir aussi :