Contenu

Réforme des instituts régionaux d’administration (IRA)

PNG - 4.5 ko

Les Instituts régionaux administratifs (IRA), créés par une loi [1] en 1966 connaissent une nouvelle réforme [2]. L’intention historique comme décrit dans son premier article était d’instaurer une formation professionnelle afin de « favoriser l’accès des jeunes et des adultes aux différents niveaux de culture et de la qualification professionnelle et d’assurer le progrès économique et sociale », la formation professionnelle étant obligation nationale. C’est ainsi que les instituts régionaux d’administration (IRA) avaient pour vocation de former les futurs cadres des administrations de L’État dans 5 écoles sur le territoire français : Lyon, Nantes, Lille, Bastia et Metz. Le recrutement des futurs cadres se faisait sur concours. Au terme de la formation d’un an, les candidats étaient titularisés fonctionnaire de catégorie A et intégrait leur poste soit dans un ministère, un service déconcentré de l’État (préfecture, directions régionales…) ou dans des établissements publics, au choix du nouveau fonctionnaire selon son ordre de classement. Une décennie après, quelle est l’intention de cette réforme ?

La réforme veut "répondre aux besoins de recrutement exprimés par les ministères" dans un premier temps (1) et "renouveler l’articulation entre formation initiale et formation continue » ainsi que « repenser les contenus et modalités de formation dispensés au sein des IRA" (2).

1. Besoin de recrutement

Les volumes de recrutements annuels vont donc augmenter : 820 [3] fonctionnaires de catégorie A contre 730 [4] auparavant qui sortiront en deux promotions. Il y a donc deux concours d’entrée par an.

Pour notre ministère, pour l’exercice 2018-2019, 73 attachés de la première promotion et 147 de la seconde rejoindraient les agents déjà en poste pour l’éducation nationale.

Et c’est qu’on veut les bichonner les sortants des IRA au sein de notre ministère, c’est ainsi qu’on retrouve dans la note de gestion « Le choix des postes à offrir aux sortants des IRA doit faire l’objet d’une attention particulière » [5] .

Il est vrai que notre ministère reste pour les sortants des IRA, le ministère le moins populaire. Dans cette même note de gestion, il est mentionné à nouveau que « les postes proposés devront présenter un contenu, un niveau de responsabilités et un niveau de complexité adaptés à leur entrée dans le corps en évitant les postes sous dimensionnés. » [6]

Le calendrier
PNG - 38.5 ko

Ce besoin de recrutement peut étonner, la tendance véhiculée dans les médias étant de ne plus recruter dans la fonction publique. On augmente pourtant le recours au catégorie A. Le Directeur de l’IRA de Metz explique cela de cette manière « D’abord parce que des générations importantes de cadres de catégorie A sont en train de partir en retraite, mais aussi parce qu’avec la décentralisation, les missions des administrations de l’État ont évolué : on a besoin de compétences en matière de contrôle », indique Paul-Emmanuel Grimonprez [7]. Les différentes administrations ont donc besoin de cadres, disponibles plus rapidement. C’est ainsi que le contenu et les modalités de formations prennent une nouvelle cadence.

2. Contenu et modalités de formation :

Une année de formation en deux temps probatoires :

  • 6 mois en institut et ;
  • un stage de même durée auprès de l’employeur d’affectation durant lequel le stagiaire devra bénéficier d’un accompagnement renforcé à sa prise de poste.

Dès la formation, les candidats seront placés en qualité d’élèves. Pour les candidats reçus qui possèdent la qualité de fonctionnaire seront placés en position de détachement pendant ces périodes.

Les premiers recrutements se dérouleront en février-mars 2019 pour une entrée en septembre 2019. Le second en octobre 2019 pour une entrée en mars 2020.

Pour rappel, les modalités des concours Interne – externe et 3e Concours :

  • le concours interne est réservé aux candidats déjà en poste dans l’administration (fonctionnaires ou non titulaires), totalisant au moins 4 ans de services publics.
  • le troisième concours est ouvert aux candidats ayant une expérience d’au moins 5 ans dans le secteur privé, en tant qu’élu local ou en qualité de responsable, y compris bénévole, d’une association ;
  • le concours externe s’adresse aux candidats titulaires au minimum d’une licence, d’un titre ou diplôme classé au moins au niveau II, ou d’une qualification reconnue au moins équivalente à l’un de ces titres ou diplômes.

La titularisation sera du ressort désormais de la compétence de l’employeur.

Cette cadence de formation a une implication quant aux nombres de d’élèves. En effet, cela revient en institut à comptabiliser deux vagues d’élèves répartis pour moitié au lieu de les avoir tous pendant un an.
Auparavant, « Lorsqu’un poste se libère au cours d’année, il reste longtemps vacant ou est occupé par un contractuel. Il fallait apporter un peu de souplesse. » [8]

Le SNPTES se réjouit d’une augmentation de recrutement de nos collègues mais reste vigilant au recrutement des autres catégories. Le SNPTES s’interroge également à cette notion de catégorie A de « contrôle ».

Le SNPTES a remarqué que trop souvent les prises de postes de nos collègues pouvaient être faites dans la douleur. La préparation étant que trop tardives ou pas assez pragmatiques. Le SNPTES espère que cette réforme remédiera à cet état de fait. Il s’étonne en outre que ces mesures voient le budget des IRA entamés d’une dizaine de pourcent. Le SNPTES rappelle que les IRA sont des instituts qui ont été institués afin favoriser l’accès des jeunes et des adultes aux différents niveaux de culture et de la qualification professionnelle et d’assurer le progrès économique et sociale. Gage que cette réforme aille bien en ce sens.


[1Art 15 de la Loi °66-892 du 3 décembre 1966 D’ORIENTATION ET DE PROGRAMME SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE

[3Arrêté du 12 février 2019 fixant le nombre de postes offerts aux concours d’accès aux instituts régionaux d’administration ouverts au titre de la session 2018 et leur répartition par corps et institut NOR

[4Arrêté du 12 février 2018 fixant le nombre de postes offerts aux concours d’accès aux instituts régionaux d’administration ouverts en 2017 et leur répartition par corps et institut (formation du 1er septembre 2018 eu 31 août 2019)

[5BO spécial n°6 du 22 novembre 2018 p 6

[6Idem

[7« L’institut régional d’administration monte en puissance L’IRA de Metz va former deux promotions par an » sur https://www.ira-metz.gouv.fr/upload/bloc/7993-327-.pdf, Anthony VILLENEUVE.

[8« L’institut régional d’administration monte en puissance L’IRA de Metz va former deux promotions par an » sur https://www.ira-metz.gouv.fr/upload/bloc/7993-327-.pdf, Anthony VILLENEUVE