Contenu

Revendication du SNPTES pour les ingénieurs et assistants ingénieurs

Corps des assistants ingénieurs :

Suite à différentes rencontres avec la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), le cabinet et la direction générale des ressources humaines (DGRH) du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, il semblerait que l’intégration des assistants ingénieurs dans le corps des ingénieurs d’études ne soit pas envisagée dans le cadre du projet gouvernemental relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR). L’opposition des directions des organismes de recherche et de certains syndicats est le principal argument développé par le ministère. La conférence des présidents d’universités est quant à elle favorable à la suppression de ce corps. Pour le SNPTES, au-delà du problème de sous classement endémique dont sont victimes ces collègues, le maintien du corps des assistants ingénieurs pose d’autres problèmes :

  • les assistants ingénieurs ont de grandes difficultés à faire valoir leur droit à la mobilité externe à cause de l’absence de corps ou de cadre d’emplois correspondant dans la fonction publique et, à l’intérieur du corps, au faible nombre de postes vacants ;
  • le nombre de promotions au choix par liste d’aptitude est calculé en prenant en compte les recrutements dans le corps d’accueil, sans tenir compte du nombre de promouvables. Ainsi, le faible nombre de recrutements induit un faible nombre de possibilités de promotions, ce qui est un frein inacceptable à la promotion des techniciens en catégorie A.

Pour ces raisons, le SNPTES maintient sa demande d’intégration directe des assistants ingénieurs dans le corps des ingénieurs d’études. Si cette demande n’est pas mise en œuvre dès 2017, le SNPTES exige :

  • une revalorisation de la grille du corps des assistants ingénieurs, équivalente à celle du premier grade des ingénieurs d’études après application du PPCR (voir ci-dessous) ;
  • une augmentation des possibilités de promotions pour l’accès des assistants ingénieurs au corps des ingénieurs d’études ;
  • une augmentation des possibilités de promotions pour l’accès des techniciens au corps des assistants ingénieurs.

Corps des ingénieurs d’études :

De nombreux corps dit « A-type », comme le corps des attachés d’administration de l’État et le corps des ingénieurs d’études et de fabrications qui jusqu’en 2006 étaient homologues à celui des ingénieurs d’études ont bénéficié de plusieurs réformes.
Le SNPTES n’acceptera pas que le corps des ingénieurs d’études soit une nouvelle fois oublié. Le SNPTES revendique la fusion de la 1re classe et de la hors classe (constitution d’un corps à deux grades), une revalorisation de la grille de rémunération (indice majoré terminal 673 pour le premier grade et 821 pour deuxième grade), une augmentation significative des possibilités de promotion au choix par liste d’aptitude, pour l’accès aux corps des ingénieurs de recherche.

Corps des ingénieurs de recherche :

PDF - 704.9 ko
Revendication du SNPTES pour les ingénieurs et assistants ingénieurs
Version téléchargeable et imprimable

Pour mémoire, le corps des ingénieurs de recherche pourtant considéré comme un corps dit « A+ » n’a pas été revalorisé depuis sa création dans les années 80. Il en résulte un grand décalage avec les autres corps dits « A+ ». Cet écart est d’autant plus critiquable que désormais la grille de rémunération de corps dits « A-type », comme celui des attachés d’administration de l’État culmine également à la hors échelle A (IM 963).

Suite aux premiers échanges que le SNPTES a eus avec le cabinet de la ministre et la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), il semblerait que les nouvelles grilles des professeurs agrégés pourraient servir de base à une éventuelle revalorisation du corps des ingénieurs de recherche, sans pour autant atteindre les mêmes indices terminaux. Comme il est préférable de prévenir que de guérir, le SNPTES tient officiellement à déclarer que si cette hypothèse venait à être confirmée, le SNPTES considérera que le compte n’y est pas. Le SNPTES demande la fusion de la 2e et de la 1re classe du corps des ingénieurs de recherche, pour obtenir un corps à deux grades (indice majoré terminal 830 pour le premier grade et 1067 pour le deuxième grade). Le SNPTES demande également la création d’un grade à accès fonctionnel débouchant à la hors échelle D (IM 1279).


Alain Halère, secrétaire général adjoint